Colloque « Une mémoire en actes : espaces, figures et discours »

Les 26, 27 et 28 septembre 2013 aura lieu à Lille le colloque « Une mémoire en actes : espaces, figures et discours », dans le cadre du programme Monumenta (traces écrites et figurées de ma mémoire dans le monde romain). La numismatique impériale est représentée par une communication sur le monnayage de Priscus Attale :

Anne Daguet-Gagey (Artois, CREHS), Priscus Attalus (409-410) et le rappel de la grandeur de Rome.

9258324_1

Le sénateur Priscus Attalus (Attale), après avoir été préfet de la Ville entre mars et décembre 409, fut proclamé empereur à l’instigation d’Alaric, qui assiégeait alors Rome. Il fut déposé quelques mois plus tard par le même Alaric, qui s’était très temporairement réconcilié avec l’empereur légitime, Honorius. Durant son très bref règne d’usurpateur, et alors que Rome était menacée, Attale fit émettre une série de monnaies, toutes à la gloire de Rome et de l’empereur. Il n’hésita pas, pour ce faire, à mêler vieilles légendes monétaires et légendes plus récentes, saluant Victoria Augusti, Victoria Romanorum, Inuicta Roma Aeterna. Quelques jours après sa déposition, Rome était prise par les Goths d’Alaric…

Source et programme complet : http://calenda.org/256746

En matière de mémoire monétaire, souvenons-nous de l’ouvrage de Michael Grant, Roman Anniversary Issues, paru en 1950 mais dont l’étude s’achève au IVe siècle : M. Grant, Roman Anniversary Issues. An Exploratory Study of the Numismatic and Medallic Commemoration of Anniversary Years, 49 B.C. to A.D. 375, Cambridge, University Press, 1950.

Exposition « I medaglioni romani del Monetiere del Museo Archeologico Nazionale di Firenze »

Depuis le 15 février et jusqu’au 30 septembre 2013, le musée archéologique de Florence propose une exposition des médaillons romains de sa collection : celle-ci est l’une des plus riches, avec près de 150 spécimens, en or, argent et bronze, émis entre le règne de Néron et celui de Gratien, couvrant quatre siècles d’histoire impériale.

Cette collection appartenait à l’électrice palatine Anna Maria Luisa, dernière des Médicis, qui en fit don à l’État de Toscane en 1743 à la condition de la conserver sur place. La collection intègre naturellement le Cabinet des médailles créé par Laurent le Magnifique en 1897 à partir de son propre médaillier, détaché de la Gallerie des Offices pour être intégré au musée royal, aujourd’hui musée national. L’exposition propose également une série de contorniates. Cette exposition fait suite à la publication en 2011 des médaillons de la collection florentine. : Bani S., Benci M. & Vanni A. (dir.), I Medaglioni Romani del Monetiere del Museo Archeologico Nzzionale di Firenze, 2 vol., 2011.

Source et informations

Meeting « Coin Hoards and Treasure Finds »

Le 20 juillet 2013 se tiendra l’édition 2013 du Summer Meeting organisé conjointement par la Royal Numismatic Society et la British Numismatic Society et présidé cette année par la Yorkshire Numismatic Society. La première session porte sur les trouvailles monétaires anciennes :

Communications et résumés :

Opening remarks : Roger Bland (British Museum)

Studying hoards in the 21st century: the appliance of science to recent finds : Eleanor Ghey (British Museum)

A number of recent hoards studied at the British Museum demonstrate the ways in which advances in conservation and scientific techniques are altering the ways in which we study and think about hoards. Improvements in scanning technology as demonstrated on the Selby and Cotswold hoards mean that there is the potential to extract more information about the coins within a hoard prior to conservation. In the case of the Beau Street hoard, initial X-radiography yielded dramatic results which determined the course of future work. The increase in volume of recent finds has led to a development in expertise and experience in the conservation and micro-excavation of hoards. This has only been possible thanks to improved awareness amongst metal-detector users of the importance of leaving hoards unexcavated in their containers (the Frome hoard being a case in point). This allows both the recovery of crucial archaeological information about the burial context of the hoard and the micro-excavation of the hoard under laboratory conditions, where organic material and internal stratigraphy of the find can be revealed. Using the examples of Selby, Shrewsbury and other recent hoards, this paper will look at how these more detailed investigations of hoards are having an impact on our understanding of how and why they were buried.

Bath hoard : Richard Abdy (British Museum)

The Bath Hoard (Beau St.) was discovered during an archaeological rescue operation in 2007 and is a rare example of a major Roman coin hoard in an ancient urban context. It is also the largest group of Roman coins to be discovered in the city since the great assemblage of offerings found in the Sacred Spring of Sulis Minerva during the 1970s. The 2007 hoard was deposited within a stone lined cist in the corner of a room of a Roman building a short distance from the ritual and bathing complex of the famous baths. Lifted as a block, the hoard has been carefully micro-excavated under the guidance of modern imaging techniques revealing it was contained within several moneybags. Examination of each bag shows that when deposited in the latter part of the third century AD it underwent very careful sorting: by denomination (radiate and denarius) and also with reference to the declining precious metal content of the silver coinage of the period. The processing of this treasure case is still in progress and the setting, content and comparanda (bagged and unbagged) of the hoard will be considered along with the future research possibilities and its ultimate display at the Roman Baths Museum.

Dépôt de Bath

Frome hoard and Carausius – three years on : Sam Moorhead (British Museum)

Work continues on the 52,503 coins found near Frome in April 2010.  Although the hoard has been acquired by the Museum of Somerset in Taunton, the coins are being conserved and researched at the British Museum.  Every week previously illegible coins reveal their secrets and the overall composition of the hoard constantly changes.  Pieces of Carausius (AD 286-93) continue to emerge and the stratigraphication of the coins in the pot informs us that there are two distinct groups of his coins present.  This talk will bring everyone up to date with the present state of play in the work on the hoard.

Ritual river or military highway? Interpreting the coin assemblage from the votive deposit at Piercebridge, County Durham : Philippa Walton (British Museum)

Over the past twenty years, more than 5,000 Roman objects have been recovered from the bed of the River Tees at Piercebridge, County Durham, by two divers. The objects include, amongst other things, jewellery, military artefacts, coinage, medical instruments and figurines. Although found directly adjacent to the third century Roman fort and small town, these objects do not appear to represent settlement detritrus. Rather, they form a large and diverse votive deposit, unrivalled even by the material from the Sacred Spring at Bath and Coventina’s Well, Northumberland. This paper will focus particularly on the contribution that the coin assemblage can make to our understanding of the site, of Roman Piercebridge as a whole and of religious practice at the periphery of the Roman Empire.

Colloque « Etalons monétaires et mesures pondérales »

Les 5 et 6 septembre 2013 se tiendra à Bruxelles le colloque international « Étalons monétaires et mesures pondérales entre l’Italie et la Grèce, au tournant des époques hellénistique et impériale (IIe s. av. J.-C. – Ier s. ap. J.-C.) ».

etalons-affiche

Argumentaire :

Le monde égéen de la basse époque hellénistique reste à ce jour le parent pauvre des études numismatiques. De fait, à l’exception du monnayage athénien stéphanéphore (Thompson 1961), les principaux monnayages de la période sont encore inédits, et les synthèses classiques de Kraay 1976 et Mørkholm 1991 n’ont pas d’équivalent pour les deux derniers siècles avant notre ère.

Pourtant, en tant que premier théâtre des ambitions hégémoniques de Rome en Orient, le monde égéen est alors le nouveau centre de gravité de la Méditerranée, au carrefour de l’Orient et de l’Occident, au tournant de l’époque hellénistique et de l’époque impériale. Sur les plans métrologique et monétaire s’opère une synthèse originale entre les traditions héritées de la haute époque hellénistique et les réalités économiques, sociales et politiques du moment : les alexandres et autres monnayages royaux hellénistiques disparaissent, pour être remplacés à la fois par des émissions tout à fait caractéristiques, dont les nouvelles monnaies d’Athènes sont le parangon (Giovannini 1978 ; Picard 2010 ; Meadows 2012), et par de nouveaux monnayages de poids réduit, parfaitement intégrés dans le paysage monétaire attique (statères thessaliens, cistophores de Pergame, plinthophores de Rhodes). Cette métamorphose monétaire majeure est le précurseur direct des usages impériaux en Orient, comme l’a démontré l’entreprise colossale du Roman Provincial Coinage.

Dans le prolongement des travaux pionniers sur la transition « De la drachme au denier » au ier s. av. J.‑C. (Grandjean 1997), nous souhaitons étendre la problématique du présent colloque à la modification des mesures monétaires et pondérales, au tournant des époques hellénistique et impériale (iie s. av. J.‑C. – ier s. ap. J.‑C.), en favorisant les recherches interdisciplinaires, en particulier la confrontation nécessaire entre les objets archéologiques (monnaies, poids) et les textes littéraires, épigraphiques et papyrologiques.

Les communications seront structurées selon trois axes :

  1. Dénominations monétaires et pratiques comptables. À titre d’exemple, nommer les modules monétaires (statère, drachme, obole, chalque, etc.) ; établir leur position dans une échelle de valeurs ; définir la valeur et la masse des unités de compte (mine, talent, etc.) ; déterminer les zones géographiques, les périodes et les contextes d’utilisation des différents étalons monétaires (« argent attique », « argent symmachique », « bronze », « denier », etc.) ; analyser des pratiques comptables originales et les modes de calcul à l’abaque.
  2.  Ratios métalliques et rapports de valeur. À titre d’exemple, quantifier les masses métalliques circulant sous la forme de monnaies ou thésaurisées sous la forme de pièces d’orfèvrerie ; établir l’évolution des rapports de valeur entre les métaux monnayés (or, argent, bronze, cuivre, orichalque, etc.) et entre les différents étalons monétaires ; analyses métalliques élémentaires.
  3. Réalités économiques et réformes métrologiques. Étudier les différentes réformes métro­lo­giques et monétaires (retarification du denier romain et adoption du système oncial, puis semi-oncial, entre la fin du iiie s. et le iie s. ; adoption du ratio 137,5:1 et métamorphose des monnayages grecs au début du iie s. ; réforme des systèmes grecs et adoption du ratio 150:1 à la fin du iie s. ; substitution du denier à la drachme dans le troisième quart du ier s. ; réforme d’Auguste en 29 av. J.‑C. ; réforme de Néron en 64 ap. J.‑C.) à la fois dans leur logique et leur structure internes, mais aussi dans leur contexte externe (économique, commercial, politique, culturel ou scientifique).

Communications :

-Les recherches métrologiques : une perspective historiographique : François de Callataÿ (KBR / EPHE / ULBruxelles)

Réformes monétaires dans le monde égéen aux IIIe et IIe s. : le témoignage des sources déliennes : Véronique Chankowski (HiSoMA, Lyon)

Réflexions sur quatre papyri datés de 195 à 193 av. J.-C. illustrant le rapport entre la monnaie et l’argent non monnayé : Fabienne Burkhalter (Lille III)

Dénominations monétaires et pratiques comptables dans les affranchissements thessaliens (v. 160 av. – v. 220 ap. J.-C.) : Richard Bouchon (HiSoMA, Lyon)

Poids et mesures en Thessalie hellénistique : Bruno Helly (HiSoMA, Lyon)

Réformes métrologiques à la fin du IIe s. : entre épigraphie et archéologie : Charles Doyen (F.R.S.-FNRS / UCLouvain)

Du tétradrachme au denier : le passage au monnayage romain dans le Nord de l’Égée : Olivier Picard (Paris IV ‒ Sorbonne)

Silver Celtic Coins from Northern Italy (4th–1st c. B.C.): Compositional Analysis and Metrology : Jacopo Corsi (U. Turin)

Sêkomata et tables de mesure : Carla Cioffi (U. Freiburg)

Mesures et monnaies de la Confédération achéenne : Maria Lakakis-Marchetti (UCLouvain)

Du côté du bronze : Véronique Van Driessche (UCLouvain)

L’apport de l’épigraphie à la définition des systèmes monétaires : le cas de l’obole à douze chalques en Grèce propre et son fonctionnement à l’époque hellénistique : Soline Berger (Paris IV – Sorbonne)

Argos et le Péloponnèse à la basse époque hellénistique et au début de l’époque impériale : Christophe Flament (F.R.S.-FNRS / UNamur)

Poids, mesures et monnaies : de la Grèce à Rome : Patrick Marchetti (UNamur / UCLouvain)

Réflexions sur les poids de référence au temps des guerres puniques : Mathieu Debaes (UCLouvain)

Iactabatur enim temporibus illis nummus… Fluctuations et réformes monétaires à Rome au début du Ier siècle av. J.-C. : Pierre Assenmaker (F.R.S.-FNRS / UCLouvain)

Le régime de change flexible dans la Rome de la fin de la République : Gilles Bransbourg (NYU / ISAW / ANS).

Source, programme et renseignements

 

 

Table ronde « Crisis, Auxesis »

Les 11 et 12 octobre 2013 se tiendra à Lyon la table ronde internationale « Crisis, Auxesis. Crise et croissance dans les économies des mondes anciens. Qu’est-ce qu’une crise dans l’antiquité ? »

Affiche du programme

Argumentaire :

L’analyse des concepts économiques de crise, de croissance et de progrès se heurte souvent, pour les économies antiques, d’une part à un manque de sources chiffrées, d’autre part à l’impression d’une stagnation de ces économies sur plusieurs siècles. Pourtant, l’accumulation des données et le renouvellement de la compréhension des sources par de nombreuses publications récentes ont apporté des précisions considérables sur le fonctionnement des structures économiques antiques. Il devrait être possible alors d’aboutir à un tableau mieux hiérarchisé des économies antiques, rendant compte de variations géographiques et d’évolutions chronologiques entre les différents systèmes économiques qui se sont développés dans l’Antiquité.

La question est d’abord méthodologique : à quoi reconnaît-on une crise, ou inversement des indices de croissance, dans nos sources ? Comment peut-on analyser, en contexte, une amélioration des conditions de vie des populations ? Comment interpréter les moments d’échec dans les économies antiques ? Il s’agit également de s’interroger sur la formulation et la perception par les Anciens de ces notions de crise, de croissance et de progrès. Comment sont-elles exprimées ? La notion de croissance est-elle dissociée de celle de crise (alors que dans l’analyse économique classique, crise, croissance et progrès sont indissociablement liés) ?

Enfin, la question est aussi celle des modes d’analyse des données quantitatives. On aurait certainement tort de renvoyer dos à dos les méthodes statistiques contemporaines et le caractère lacunaire des sources antiques. Il convient d’exploiter davantage les données chiffrées dont nous pouvons disposer dans les sources. Qu’est-ce qu’une crise ? La question mérite d’être posée à travers l’examen de tous les types de sources disponibles : c’est donc à partir de l’analyse d’épigraphistes, de numismates, de céramologues, d’archéologues, d’historiens aussi bien que d’économistes que la réflexion s’engagera au cours de cette table ronde.

Communications :

-L’inverse de la crise : la croissance ? : Raymond DESCAT (Université Michel de Montaigne Bordeaux 3)

-Development Economics and Entitlement Mapping : Koen VERBOVEN (Université de Gand)

-Les usages de la notion de crise économique en égyptologie : Damien AGUT (Collège de France)

-La crise des Gracques et les difficultés d’une approche adéquate : Patrick MARCHETTI (Université de Namur)

-Athènes 403 – 374/3, crise économique et crise politique : Christophe PEBARTHE (Université Michel de Montaigne Bordeaux 3)

-La crise de 168 à Rhodes : Nathan BADOUD (FNRS, Suisse)

-Les crises monétaires en Égypte lagide d’après le témoignage des monnaies : Thomas FAUCHER (CNRS)

-Inflation, déflation ou changement d’étalon ? Évolution des normes monétaires et des pratiques comptables à l’époque hellénistique : Charles DOYEN (FNRS, Belgique)

Crisis ? What Crisis ? Money supply, inflation and trust during the 3rd century AD according to documentary sources : Kerstin DROSS-KRÜPE (Université de Marburg)

-La crise du IIIe siècle dans les campagnes de Gaule narbonnaise : quels indicateurs et quels effets sur l’économie rurale ? : Stéphane MAUNE (CNRS, Montpellier)

-Croissance et crise dans le Nord de la Gaule : Xavier DERU (Université Charles de Gaulle Lille 3)

-Economic crisis in Babylonia, 6th to 2nd centuries BCE : Michael JURSA & Reinhard PIRNGRUBER (Université de Vienne)

-Regional comparative exercice on Crisis and Resilience : Jeroen POBLOME (Université de Leuven)

Regionalism in Rome’s Third Century Fiscal Crisis : a statistical approach to ancient economic history : Daniel HOYER (Université de New-York)

-Demographic Change in the Roman World : Willem JONGMAN (Université de Groningen)

-Les crises alimentaires à Rome à l’époque de la Haute République. Le rôle des modèles culturels : Cristiano VIGLIETTI (Université de Cambridge)

-Faillites et réussites individuelles. L’individu dans les crises : Véronique CHANKOWSKI (Université Lumière Lyon 2)

Crises économiques et crises monétaires dans le monde gréco-romain : une vue perspective : François DE CALLATAY (Ecole Pratique des Hautes Etudes)

-Qu’est-ce qu’une crise dans l’économie contemporaine ? L’exemple de la crise de 1930 : Olivier FEIERTAG (Université de Rouen)

Source, programme et renseignements :

http://www.hisoma.mom.fr/sites/hisoma.mom.fr/files/docs/Activites/rencontresscientifiques/ProgrammeCrisis.pdf

Moneta

A partir de l’expérience du travail de recherche mené dans le cadre d’une thèse de doctorat,
ce carnet vise à présenter la méthodologie, les outils et les questionnements scientifiques de la discipline numismatique appliquée à l’étude du monde romain. Comme discipline auxiliaire de l’histoire et de l’archéologie, la numismatique en tant que démarche scientifique présente de nombreuses spécificités qu’il s’agit de mettre en avant, tout en soulignant l’intérêt historique de celle-ci.

La monnaie impériale, émise par les officines de l’Etat romain, permet d’envisager l’histoire économique et politique de l’Empire, à la condition d’organiser le matériel étudié.

L’objet, la monnaie romaine, se retrouve sur trois terrains différents, dont seule la mise en commun pertinente permet d’approcher les réalités de la frappe monétaire : monnaies de fouilles, monnaies conservées dans les institutions muséales, et monnaies issues de collections privées apparus dans les ventes publiques.

C’est la diversité des approches et des champs d’investigation que ce carnet souhaite présenter, en alliant publications d’ordre méthodologique et comptes-rendus scientifiques thématiques.