Table ronde « Crisis, Auxesis »

Les 11 et 12 octobre 2013 se tiendra à Lyon la table ronde internationale « Crisis, Auxesis. Crise et croissance dans les économies des mondes anciens. Qu’est-ce qu’une crise dans l’antiquité ? »

Affiche du programme

Argumentaire :

L’analyse des concepts économiques de crise, de croissance et de progrès se heurte souvent, pour les économies antiques, d’une part à un manque de sources chiffrées, d’autre part à l’impression d’une stagnation de ces économies sur plusieurs siècles. Pourtant, l’accumulation des données et le renouvellement de la compréhension des sources par de nombreuses publications récentes ont apporté des précisions considérables sur le fonctionnement des structures économiques antiques. Il devrait être possible alors d’aboutir à un tableau mieux hiérarchisé des économies antiques, rendant compte de variations géographiques et d’évolutions chronologiques entre les différents systèmes économiques qui se sont développés dans l’Antiquité.

La question est d’abord méthodologique : à quoi reconnaît-on une crise, ou inversement des indices de croissance, dans nos sources ? Comment peut-on analyser, en contexte, une amélioration des conditions de vie des populations ? Comment interpréter les moments d’échec dans les économies antiques ? Il s’agit également de s’interroger sur la formulation et la perception par les Anciens de ces notions de crise, de croissance et de progrès. Comment sont-elles exprimées ? La notion de croissance est-elle dissociée de celle de crise (alors que dans l’analyse économique classique, crise, croissance et progrès sont indissociablement liés) ?

Enfin, la question est aussi celle des modes d’analyse des données quantitatives. On aurait certainement tort de renvoyer dos à dos les méthodes statistiques contemporaines et le caractère lacunaire des sources antiques. Il convient d’exploiter davantage les données chiffrées dont nous pouvons disposer dans les sources. Qu’est-ce qu’une crise ? La question mérite d’être posée à travers l’examen de tous les types de sources disponibles : c’est donc à partir de l’analyse d’épigraphistes, de numismates, de céramologues, d’archéologues, d’historiens aussi bien que d’économistes que la réflexion s’engagera au cours de cette table ronde.

Communications :

-L’inverse de la crise : la croissance ? : Raymond DESCAT (Université Michel de Montaigne Bordeaux 3)

-Development Economics and Entitlement Mapping : Koen VERBOVEN (Université de Gand)

-Les usages de la notion de crise économique en égyptologie : Damien AGUT (Collège de France)

-La crise des Gracques et les difficultés d’une approche adéquate : Patrick MARCHETTI (Université de Namur)

-Athènes 403 – 374/3, crise économique et crise politique : Christophe PEBARTHE (Université Michel de Montaigne Bordeaux 3)

-La crise de 168 à Rhodes : Nathan BADOUD (FNRS, Suisse)

-Les crises monétaires en Égypte lagide d’après le témoignage des monnaies : Thomas FAUCHER (CNRS)

-Inflation, déflation ou changement d’étalon ? Évolution des normes monétaires et des pratiques comptables à l’époque hellénistique : Charles DOYEN (FNRS, Belgique)

Crisis ? What Crisis ? Money supply, inflation and trust during the 3rd century AD according to documentary sources : Kerstin DROSS-KRÜPE (Université de Marburg)

-La crise du IIIe siècle dans les campagnes de Gaule narbonnaise : quels indicateurs et quels effets sur l’économie rurale ? : Stéphane MAUNE (CNRS, Montpellier)

-Croissance et crise dans le Nord de la Gaule : Xavier DERU (Université Charles de Gaulle Lille 3)

-Economic crisis in Babylonia, 6th to 2nd centuries BCE : Michael JURSA & Reinhard PIRNGRUBER (Université de Vienne)

-Regional comparative exercice on Crisis and Resilience : Jeroen POBLOME (Université de Leuven)

Regionalism in Rome’s Third Century Fiscal Crisis : a statistical approach to ancient economic history : Daniel HOYER (Université de New-York)

-Demographic Change in the Roman World : Willem JONGMAN (Université de Groningen)

-Les crises alimentaires à Rome à l’époque de la Haute République. Le rôle des modèles culturels : Cristiano VIGLIETTI (Université de Cambridge)

-Faillites et réussites individuelles. L’individu dans les crises : Véronique CHANKOWSKI (Université Lumière Lyon 2)

Crises économiques et crises monétaires dans le monde gréco-romain : une vue perspective : François DE CALLATAY (Ecole Pratique des Hautes Etudes)

-Qu’est-ce qu’une crise dans l’économie contemporaine ? L’exemple de la crise de 1930 : Olivier FEIERTAG (Université de Rouen)

Source, programme et renseignements :

http://www.hisoma.mom.fr/sites/hisoma.mom.fr/files/docs/Activites/rencontresscientifiques/ProgrammeCrisis.pdf

Moneta

A partir de l’expérience du travail de recherche mené dans le cadre d’une thèse de doctorat,
ce carnet vise à présenter la méthodologie, les outils et les questionnements scientifiques de la discipline numismatique appliquée à l’étude du monde romain. Comme discipline auxiliaire de l’histoire et de l’archéologie, la numismatique en tant que démarche scientifique présente de nombreuses spécificités qu’il s’agit de mettre en avant, tout en soulignant l’intérêt historique de celle-ci.

La monnaie impériale, émise par les officines de l’Etat romain, permet d’envisager l’histoire économique et politique de l’Empire, à la condition d’organiser le matériel étudié.

L’objet, la monnaie romaine, se retrouve sur trois terrains différents, dont seule la mise en commun pertinente permet d’approcher les réalités de la frappe monétaire : monnaies de fouilles, monnaies conservées dans les institutions muséales, et monnaies issues de collections privées apparus dans les ventes publiques.

C’est la diversité des approches et des champs d’investigation que ce carnet souhaite présenter, en alliant publications d’ordre méthodologique et comptes-rendus scientifiques thématiques.