Colloque « Les mises en scène de l’Autorité dans l’Antiquité »

Les 20, 21 et 22 novembre 2013 se tiendra le colloque « Les mises en scène de l’autorité dans l’antiquité », organisé par le laboratoire junior ERAMA, de l’ENS de Lyon :

Affiche ERAMA

Axe 1 : Objets et gestuelles.

La mise en scène de l’auto­rité, pensée comme telle ou non, sou­vent codi­fiée, est un élément indis­so­cia­ble de son exis­tence. La visi­bi­lité et la lisi­bi­lité des repré­sen­ta­tions et des mani­fes­ta­tions de l’auto­rité condi­tion­nent en partie son degré de per­cep­tion. L’auto­rité est géné­ra­le­ment expo­sée, et de ce fait la maî­trise de son image est pro­gram­mée.

L’enjeu de cette pre­mière partie du col­lo­que est ainsi de mon­trer la concep­tion qu’une auto­rité a d’elle‑­même et les dif­fé­ren­tes formes sous les­quel­les cel­le‑ci se pré­sente selon l’image qu’elle sou­haite ren­voyer.

Il convient de com­men­cer par s’inter­ro­ger sur les pro­ces­sus d’inves­ti­ture de l’auto­rité, qu’ils pren­nent la forme d’une céré­mo­nie ins­ti­tu­tion­nelle ou non, et par exten­sion, de sa légi­ti­ma­tion, qui peut être mul­ti­forme (par la nais­sance, le droit, la répu­ta­tion…). Nous pour­rons ensuite ana­ly­ser les pra­ti­ques, ges­tuel­les ou céré­mo­niel­les, d’exer­cice de cette auto­rité, pour appré­cier la mani­fes­ta­tion phy­si­que des per­son­nes qui l’incar­nent. Il est également néces­saire de dis­tin­guer les dif­fé­ren­tes formes adop­tées par ces mani­fes­ta­tions, en fonc­tion des des­ti­na­tai­res, ce qui passe par une ana­lyse des lan­ga­ges et des repré­sen­ta­tions.

Ce décryp­tage incite à étudier plus en détail les attri­buts maté­riels spé­ci­fi­ques de l’auto­rité, en envi­sa­geant une des­crip­tion et une étude de la signi­fi­ca­tion, de l’uti­lité et de la sym­bo­li­que des objets concer­nés. Enfin, un chan­ge­ment de point de vue inté­res­sant consiste à consi­dé­rer la manière dont l’auto­rité est mise en scène ou repré­sen­tée par les autres enti­tés (agents, sujets, autres auto­ri­tés…).

Axe 2 : Au‑delà du hic et nunc, com­ment ins­crire son auto­rité dans l’espace et dans le temps ?

Le second axe de réflexion que nous nous pro­po­sons pour le col­lo­que inter­ro­gera l’ins­crip­tion de l’auto­rité dans l’espace et dans le temps. Il s’agira d’étudier les modes de dif­fu­sion aux­quels ont recours les tenants d’une auto­rité pour affir­mer leur posi­tion – que ce soit pour l’établir, le main­te­nir ou en forger le sou­ve­nir col­lec­tif.

Dans ce cadre, plu­sieurs pistes peu­vent être rete­nues : s’ins­crire dans une lignée à tra­vers l’usage de son nom per­met‑il tou­jours de se reven­di­quer de son auto­rité ? Comment s’exprime l’auto­rité dans les choix archi­tec­tu­raux ? Il faudra notam­ment s’inté­res­ser aux rap­ports entre com­man­di­taire et des­ti­na­taire, et à la signi­fi­ca­tion des styles et sym­bo­les archi­tec­tu­raux choi­sis en un lieu et en un temps donnés, afin de com­pren­dre leurs fonc­tions et leur portée au regard de l’auto­rité qu’ils pro­meu­vent. Dans ce cadre, les monu­ments funé­rai­res et leurs épitaphes obéis­sent‑ils aux mêmes logi­ques de repré­sen­ta­tion ?

À côté d’une ins­crip­tion sta­ti­que dans l’espace, l’auto­rité se dif­fuse également de manière plus dyna­mi­que à tra­vers les échanges économiques et cultu­rels : la cir­cu­la­tion des mon­naya­ges semble être un vec­teur pri­vi­lé­gié pour la pro­pa­ga­tion d’une auto­rité cen­trale. Quels sont alors les signes visuels qui assoient cette auto­rité et com­ment impo­se‑t‑on une mon­naie ?

Plusieurs communications s’appuieront sur la numismatique :

Jeudi 20 novembre (Salle des thèses, site Monod):

15h – Tiphaine Moreau (Université de Bretagne Ouest) : Au-dessus des hommes, soumis à Dieu. Réflexions sur l’auto­rité impé­riale dans le lan­gage ges­tuel du pou­voir aux IVe et Ve siè­cles.

Cette com­mu­ni­ca­tion se pro­pose d’inter­ro­ger les expres­sions ico­no­gra­phi­ques de l’auto­rité des empe­reurs romains chré­tiens aux IVe et Ve siè­cles par un regard croisé entre numis­ma­ti­que, art sta­tuaire et lit­té­ra­ture. Un aspect par­ti­cu­lier de l’ico­no­gra­phie impé­riale a retenu notre atten­tion : celui des pos­tu­res et de la ges­tuelle de l’empe­reur.

Son auto­rité se trouve en effet signi­fiée par des atti­tu­des qui mani­fes­tent sa supé­rio­rité par rap­ports aux hommes. Ainsi, des repré­sen­ta­tions topi­ques sont invo­quées dans la numis­ma­ti­que comme celle de l’empe­reur debout, posant un pied domi­na­teur sur un captif bar­bare (bron­zes du IVe siècle) ; trô­nant avec ses fils et Césars, il les dépasse par la taille (Missorium de Théodose, solidi du Ve siècle) ; lorsqu’il se tient à cheval, l’empe­reur sur­plombe les sol­dats, qui, pied à terre, se trou­vent en péri­phé­rie de la com­po­si­tion (Missorium de Constance II). Ces repré­sen­ta­tions topi­ques de l’auto­rité n’ont pas l’objec­tif de res­ti­tuer des images réa­lis­tes, mais de dif­fu­ser un pro­gramme ico­no­gra­phi­que pro­pa­gan­diste qui relève de la concep­tion d’une auto­rité impé­riale supé­rieure et inexo­ra­ble . La taille colos­sale des sta­tues de Constantin en témoi­gne. Il convient néan­moins que, chré­tien, l’empe­reur se sou­mette à Dieu à qui revien­nent la légi­ti­mité et la lon­gé­vité de son règne. Du fait d’une néces­saire humi­li­tas, l’empe­reur ne sau­rait être repré­senté au-dessus de la divi­nité. Aussi les bustes impé­riaux de la numis­ma­ti­que et de la sta­tuaire du IVe siècle don­nent-ils à voir des empe­reurs qui lèvent les yeux vers le ciel ; de même, la grande croix que tient l’empe­reur sur les revers de solidi du Ve siècle dépasse par la taille les scep­tres tra­di­tion­nels et se sub­sti­tue à ces der­niers afin de rendre visi­ble la l’ori­gine divine de son auto­rité ; enfin, le modèle d’humi­lité le plus accom­pli se trouve rap­porté par la lit­té­ra­ture : il s’agit de l’empe­reur Théodose (379-395) contraint par l’évêque Ambroise de Milan de faire en public les gestes rituels de la péni­tence après le mas­sa­cre de Thessalonique.

L’ico­no­gra­phie impé­riale conforte la hié­rar­chie du pou­voir telle qu’elle est conçue par Eusèbe de Césarée dans le Triakontaétérikos (dis­cours adressé à l’empe­reur Constantin le 25 juillet 336). L’empe­reur étend son auto­rité sur les hommes parce qu’il a été élu pour pré­pa­rer les hommes au Salut. Dans ce rôle soté­rio­lo­gi­que, il est un repré­sen­tant du Logos, mais il ne sau­rait pour autant se sub­sti­tuer à lui, puisqu’il est soumis à la loi divine. Les pos­tu­res et les gestes des empe­reurs chré­tiens, tels qu’ils sont saisis par les textes et l’ico­no­gra­phie de cette époque, don­nent à voir une posi­tion désor­mais inter­mé­diaire de l’auto­rité impé­riale, simul­ta­né­ment impé­ra­tive avec les hommes et ser­vante du Dieu unique.

Vendredi 22 novembre (Amphithéâtre Descartes).

10h30 – Emmanuel Arbabe (Paris I) : Un insi­gne de l’auto­rité mili­taire chez les Gaulois.

Les Gaulois de l’époque laté­nienne uti­li­saient, selon une pra­ti­que très répan­due à tra­vers l’his­toire, des ensei­gnes pour mener leurs trou­pes au combat. A ce titre, les ensei­gnes-san­glier sont bien connues grâce à la numis­ma­ti­que et l’archéo­lo­gie. Elles sont mani­fes­te­ment uti­li­sées sur les mon­naies comme sym­bole de l’auto­rité mili­taire, au même titre, mais dans une moin­dre mesure, que le carnyx. Ces deux usten­si­les per­met­tent effec­ti­ve­ment de signa­ler sur le champ de bataille la pré­sence du com­man­de­ment et, pour ce der­nier, per­met­tent de com­mu­ni­quer avec les trou­pes. On ne connait pas d’autre signe maté­riel de cette auto­rité mili­taire chez les Gaulois.

Pourtant, l’examen des mon­naies comme des objets liés à la sphère mili­taire, permet d’isoler un motif récur­rent très for­te­ment asso­cié à la sphère mar­tiale, et, à l’inté­rieur de celle-ci, à l’auto­rité. Il s’agit d’un ensem­ble trian­gu­laire com­posé de trois motifs cir­cu­lai­res, dont on peut, depuis la fin de La Tène finale (1er siècle avant J.-C.) pister les ori­gi­nes jusqu’au Hallstatt final (VIe siècle av. J.-C.). Ce motif qui, en réa­lité, n’a pas le carac­tère anodin et banal qu’on est tenté de lui prêter, se révèle être en défi­ni­tive une spé­ci­fi­cité gau­loise qui peut être étendue à la partie orien­tale du domaine celte conti­nen­tal. La variété des sup­ports sur les­quels on peut le trou­ver permet de déduire qu’il s’agit, plutôt que d’une ensei­gne mili­taire dont l’uti­lité serait également tac­ti­que, d’un insi­gne repré­sen­tant l’auto­rité mili­taire peut-être la plus élevée.

Pour finir, la diver­sité des contex­tes dans les­quels cet insi­gne appa­rait permet d’appro­cher les concep­tions qui sous-ten­dent cette auto­rité ainsi que d’expo­ser quel­ques-unes des cir­cons­tan­ces durant les­quel­les elle se met­tait en scène. Ici, l’ico­no­gra­phie que la numis­ma­ti­que permet de réunir pour le 1er siècle av. J.-C. est par­ti­cu­liè­re­ment utile, ainsi que quel­ques trou­vailles excep­tion­nel­les répar­ties tout le long de la période étudiée.

11h30 – Anahide Kefelian (Paris IV) : L’auto­rité de Rome sur le royaume d’Arménie : aperçu numis­ma­ti­que.

Cette inter­ven­tion pro­pose de mettre en avant la vision que l’empe­reur sou­haite donner de son auto­rité sur le Royaume d’Arménie. Les mon­naies sont autant d’outils pré­cieux pour mon­trer, à tout l’Empire, et même au delà de ses limi­tes, le cours des événements ainsi que les faits et gestes de l’Empereur. Dans le cas de l’Arménie, divers grands types ico­no­gra­phi­ques ont été frap­pés sur des mon­naies pour repré­sen­ter ses rela­tions avec Rome.

Nous abor­de­rons suc­cinc­te­ment dans un pre­mier temps l’aspect ico­no­gra­phi­que en étudiant les attri­buts et les pos­tu­res dans les­quels sont repré­sen­tés la per­son­ni­fi­ca­tion de l’Arménie et les Arméniens. Ainsi, en com­plé­tant par l’étude des autres grands types ico­no­gra­phi­ques, nous pour­rons com­pren­dre quel statut l’Arménie acquiert et quelle est la vision que l’empe­reur sou­haite trans­met­tre de son auto­rité sur le Royaume d’Arménie.

Dans une seconde partie, nous étudierons plus spé­ci­fi­que­ment les émissions moné­tai­res afin d’ana­ly­ser la nature du mes­sage que l’empe­reur sou­haite mon­trer à tra­vers ces frap­pes. En effet, il faut garder à l’esprit que la numis­ma­ti­que est un outil idéo­lo­gi­que au ser­vice du pou­voir. En der­nier lieu, l’impor­tance gran­dis­sante de la repré­sen­ta­tion de l’Arménie dans les mon­naies sera également étudiée car ces éléments sont autant d’indi­ces pour mon­trer l’impor­tance de l’Arménie dans le cours des affai­res de Rome.

14h30 – Thomas Bardin (Lyon 2) : Les dis­tri­bu­tions d’avè­ne­ment à Rome sous l’Empire (Ier-IIIe siè­cles ap. J.-C.).

Sir Lawrence Alma-Tadema, Proclaiming Claudius Emperor, 1867

L’institution du régime impérial n’existe pas de manière codifiée : le Princeps est le garant, le continuateur et l’incarnation fictive de la République. Chaque changement de Prince s’accompagne d’une quête de légitimité dont dépend la stabilité politique. Parmi le cortège d’honneurs et de cérémonies d’avènement destiné à bâtir l’auctoritas de l’empereur figurent les distributions d’argent et de médaillons, au caractère exceptionnel. Il s’agit de deux pratiques théoriquement distinctes : celle du congiaire et celle du donativum, systématiquement associés à l’occasion de l’inauguration des principats.

Ces distributions témoignent de la Liberalitas Augusti, vertu essentielle du souverain, et sont célébrées comme tel dans le monnayage impérial. Cet exposé propose de revenir sur la mise en place progressive de ces distributions et leurs modalités d’organisation. En croisant les mentions de distributions rapportées par les auteurs anciens avec la commémoration de la Liberalitas impériale dans le monnayage, il est possible de construire une histoire du congiaire et du donativum d’avènement. Le dossier iconographique, bien que relativement restreint, permet d’interroger la mise en scène des distributions et de poser la question de l’existence d’un cérémonial particulier. Ces cadeaux d’avènement, théoriquement attendus de chaque nouvel empereur et régulièrement renouvelés au cours du règne, s’installent et se multiplient au rythme de l’évolution du régime.

En devenant une véritable institution, ces distributions participent de la nature profonde du Principat : celle d’un dialogue permanent entre l’empereur et les autres. L’autorité du premier s’appuie sur un consensus constamment renouvelé avec ses sujets, particulièrement sensible à l’occasion des distributions publiques d’argent, où le sujet côtoie physiquement l’empereur et repart avec une gratification portant son effigie.

Source et programme détaillé

 


Publié par

Thomas Bardin

Doctorant Université Lumière Lyon 2 (UMR 5189 HiSoMA)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *