Colloque « Etalons monétaires et mesures pondérales »

Les 5 et 6 septembre 2013 se tiendra à Bruxelles le colloque international « Étalons monétaires et mesures pondérales entre l’Italie et la Grèce, au tournant des époques hellénistique et impériale (IIe s. av. J.-C. – Ier s. ap. J.-C.) ».

etalons-affiche

Argumentaire :

Le monde égéen de la basse époque hellénistique reste à ce jour le parent pauvre des études numismatiques. De fait, à l’exception du monnayage athénien stéphanéphore (Thompson 1961), les principaux monnayages de la période sont encore inédits, et les synthèses classiques de Kraay 1976 et Mørkholm 1991 n’ont pas d’équivalent pour les deux derniers siècles avant notre ère.

Pourtant, en tant que premier théâtre des ambitions hégémoniques de Rome en Orient, le monde égéen est alors le nouveau centre de gravité de la Méditerranée, au carrefour de l’Orient et de l’Occident, au tournant de l’époque hellénistique et de l’époque impériale. Sur les plans métrologique et monétaire s’opère une synthèse originale entre les traditions héritées de la haute époque hellénistique et les réalités économiques, sociales et politiques du moment : les alexandres et autres monnayages royaux hellénistiques disparaissent, pour être remplacés à la fois par des émissions tout à fait caractéristiques, dont les nouvelles monnaies d’Athènes sont le parangon (Giovannini 1978 ; Picard 2010 ; Meadows 2012), et par de nouveaux monnayages de poids réduit, parfaitement intégrés dans le paysage monétaire attique (statères thessaliens, cistophores de Pergame, plinthophores de Rhodes). Cette métamorphose monétaire majeure est le précurseur direct des usages impériaux en Orient, comme l’a démontré l’entreprise colossale du Roman Provincial Coinage.

Dans le prolongement des travaux pionniers sur la transition « De la drachme au denier » au ier s. av. J.‑C. (Grandjean 1997), nous souhaitons étendre la problématique du présent colloque à la modification des mesures monétaires et pondérales, au tournant des époques hellénistique et impériale (iie s. av. J.‑C. – ier s. ap. J.‑C.), en favorisant les recherches interdisciplinaires, en particulier la confrontation nécessaire entre les objets archéologiques (monnaies, poids) et les textes littéraires, épigraphiques et papyrologiques.

Les communications seront structurées selon trois axes :

  1. Dénominations monétaires et pratiques comptables. À titre d’exemple, nommer les modules monétaires (statère, drachme, obole, chalque, etc.) ; établir leur position dans une échelle de valeurs ; définir la valeur et la masse des unités de compte (mine, talent, etc.) ; déterminer les zones géographiques, les périodes et les contextes d’utilisation des différents étalons monétaires (« argent attique », « argent symmachique », « bronze », « denier », etc.) ; analyser des pratiques comptables originales et les modes de calcul à l’abaque.
  2.  Ratios métalliques et rapports de valeur. À titre d’exemple, quantifier les masses métalliques circulant sous la forme de monnaies ou thésaurisées sous la forme de pièces d’orfèvrerie ; établir l’évolution des rapports de valeur entre les métaux monnayés (or, argent, bronze, cuivre, orichalque, etc.) et entre les différents étalons monétaires ; analyses métalliques élémentaires.
  3. Réalités économiques et réformes métrologiques. Étudier les différentes réformes métro­lo­giques et monétaires (retarification du denier romain et adoption du système oncial, puis semi-oncial, entre la fin du iiie s. et le iie s. ; adoption du ratio 137,5:1 et métamorphose des monnayages grecs au début du iie s. ; réforme des systèmes grecs et adoption du ratio 150:1 à la fin du iie s. ; substitution du denier à la drachme dans le troisième quart du ier s. ; réforme d’Auguste en 29 av. J.‑C. ; réforme de Néron en 64 ap. J.‑C.) à la fois dans leur logique et leur structure internes, mais aussi dans leur contexte externe (économique, commercial, politique, culturel ou scientifique).

Communications :

-Les recherches métrologiques : une perspective historiographique : François de Callataÿ (KBR / EPHE / ULBruxelles)

Réformes monétaires dans le monde égéen aux IIIe et IIe s. : le témoignage des sources déliennes : Véronique Chankowski (HiSoMA, Lyon)

Réflexions sur quatre papyri datés de 195 à 193 av. J.-C. illustrant le rapport entre la monnaie et l’argent non monnayé : Fabienne Burkhalter (Lille III)

Dénominations monétaires et pratiques comptables dans les affranchissements thessaliens (v. 160 av. – v. 220 ap. J.-C.) : Richard Bouchon (HiSoMA, Lyon)

Poids et mesures en Thessalie hellénistique : Bruno Helly (HiSoMA, Lyon)

Réformes métrologiques à la fin du IIe s. : entre épigraphie et archéologie : Charles Doyen (F.R.S.-FNRS / UCLouvain)

Du tétradrachme au denier : le passage au monnayage romain dans le Nord de l’Égée : Olivier Picard (Paris IV ‒ Sorbonne)

Silver Celtic Coins from Northern Italy (4th–1st c. B.C.): Compositional Analysis and Metrology : Jacopo Corsi (U. Turin)

Sêkomata et tables de mesure : Carla Cioffi (U. Freiburg)

Mesures et monnaies de la Confédération achéenne : Maria Lakakis-Marchetti (UCLouvain)

Du côté du bronze : Véronique Van Driessche (UCLouvain)

L’apport de l’épigraphie à la définition des systèmes monétaires : le cas de l’obole à douze chalques en Grèce propre et son fonctionnement à l’époque hellénistique : Soline Berger (Paris IV – Sorbonne)

Argos et le Péloponnèse à la basse époque hellénistique et au début de l’époque impériale : Christophe Flament (F.R.S.-FNRS / UNamur)

Poids, mesures et monnaies : de la Grèce à Rome : Patrick Marchetti (UNamur / UCLouvain)

Réflexions sur les poids de référence au temps des guerres puniques : Mathieu Debaes (UCLouvain)

Iactabatur enim temporibus illis nummus… Fluctuations et réformes monétaires à Rome au début du Ier siècle av. J.-C. : Pierre Assenmaker (F.R.S.-FNRS / UCLouvain)

Le régime de change flexible dans la Rome de la fin de la République : Gilles Bransbourg (NYU / ISAW / ANS).

Source, programme et renseignements

 

 


Publié par

Thomas Bardin

Doctorant Université Lumière Lyon 2 (UMR 5189 HiSoMA)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *