Les catalogues de ventes numismatiques à Lyon

Découverte des catalogues :

Dans le cadre de ma thèse sur le monnayage impérial du IIIe s., j’ai découvert de nouveaux outils de recherche particulièrement précieux mais difficiles d’accès : les catalogues des ventes numismatiques. En complément des missions de recensement des monnaies effectuées dans les médailliers institutionnels, j’ai entrepris le relativement fastidieux dépouillement de ces catalogues. L’immense majorité d’entre eux sont conservés au Cabinet des médailles de Paris, ce qui implique de couteuses missions de déplacement. J’ai récemment eu l’agréable surprise de constater que de nombreux catalogues existent en réalité à Lyon, conservés au sein même des bibliothèques universitaires de recherche, mais pour le moment méconnus. J’ai donc pris le temps, avec l’assistance bienveillante des bibliothécaires, de réaliser l’inventaire complet de tous les catalogues conservés pour le moment séparément à la Bibliothèque de la Maison de l’orient et de la Méditerranée et à la Bibliothèque du Centre d’études et de recherches sur l’occident romain : ces deux bibliothèques d’antiquisants se situent sur le campus des berges du Rhône, séparées l’une de l’autre par une rue. L’ensemble constitue un précieux outil de recherche désormais accessible au plus grand nombre maintenant qu’il est connu et recensé.

Accédez au document de recensement

Des fonds documentaires exceptionnels en région :

Ces ouvrages ou livrets sont d’abord des catalogues marchands. De fait, leur présence au sein des bibliothèques ne va pas de soi. Pour cette raison, le chercheur ne dispose habituellement que des bibliothèques spécialisées attachées aux départements de monnaies et médailles des musées. Seule la bibliothèque du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France a entrepris un archivage systématique des ventes numismatiques internationales et nationales en France. La consultation de certains catalogues est également possible au Médaillier de Lyon : mais il s’agit en grande partie de catalogues adressés à titre privé au conservateur par les marchands, et non d’un fonds appartenant à l’institution. La documentation reste donc éclatée et lacunaire, et pour cette raison ignorée ou délaissée. C’est particulièrement problématique pour le chercheur qui entreprend un dépouillement organisé et donc systématique des ventes, et pour lequel l’intérêt de séries complètes pour chaque maison de vente est primordial. Les deux fonds actuellement conservés à la MOM et au CEROR représentent aujourd’hui une archive de près de 800 ventes de monnaies anciennes, représentant plusieurs dizaines de milliers de monnaies publiées, souvent très bien décrites et illustrées, et constituent une réserve documentaire inédite en région. Une partie des séries incomplètes et la majorité des ventes récentes sont par ailleurs accessibles en ligne via des moteurs de recherche spécialisés dans la compilation des ventes numismatiques, ou directement sur les archives en ligne des grandes maisons.

L’intérêt historique des catalogues numismatiques :

C’est en quelque sorte la partie immergée du réservoir d’antiquités et de monnaies circulant dans le monde depuis des décennies. Antiquités et monnaies anciennes ont toujours été des objets de collection intéressant les amateurs privés, du fait de leur esthétique d’une part, et de leur abondance relative d’autre part.  Ignorer les monnaies issues de collection privées et parues en ventes au profit de l’étude exclusive des collections publiques serait un choix pratique valable, mais un non sens scientifique. Un corpus de recherche exhaustif ne peut pas s’arrêter aux seuls fonds muséaux ou archéologiques de caractère public. Une grande partie du matériel se trouve dans des mains privées, et n’est accessible au chercheur qu’en de très brefs instants : son passage en vente publique, qui fait généralement l’objet d’un catalogue et donc d’une description, parfois l’unique occasion de « capter » l’objet pour la recherche, avant sa disparition définitive ou cyclique (les monnaies en or romaines réapparaissent par exemple régulièrement en vente au fil des générations). L’intérêt historique de ces monnaies est au moins aussi significatif que celui des médailliers ou des pièces mises à jour lors des fouilles archéologiques. La majorité des aurei recensées dans notre corpus provient ainsi de ventes numismatiques publiées, dépassant quantitativement les monnaies issues des principaux médailliers consultés, d’ailleurs non publiés.

Ventilation des aurei de Gordien III d’après leur provenance (source : Th. Bardin, « Appréhender le monnayage de Gordien III : méthodes de numismatique historique », Annales de Janua, n°2, 2014, à paraître.

L’intérêt est d’autant plus grand lorsque l’on souhaite établir des typologies : il s’agit de mettre en évidence toutes les variétés d’un monnayage, de chercher les curiosités et raretés, de les identifier et les mettre en série. Mais il n’est bien sur pas possible d’examiner en main propre ou de retrouver ensuite les pièces : pour cette raison, l’illustration dans ces catalogues des monnaies décrites semble une condition indispensable à leur prise en considération pour étude. Cette démarche est très différente de l’étude des monnaies de fouilles, qui révèlent plutôt des monnayages courants, parfois très mal conservé, tandis que les ventes publient des monnaies de bonne conservation recherchées pour leur valeur esthétique et leur rareté. Au-delà de la recherche d’inédits, la recherche numismatique s’intéresse aux quantifications (possibles sur les trésors monétaires), mais aussi aux liaisons de coins (marques de contemporanéités entre deux monnaies) sur les portions de monnayage les moins bien documentées ou les plus intéressantes : c’est pourquoi un maximum d’exemplaires consultés est souhaitable, et que ces catalogues fournissent un complément indispensable aux corpus institutionnels ou archéologiques. Chaque fois que cela est possible et utile, l’enquête numismatique doit ainsi s’élargir au dépouillement de ces catalogues.

Source


Publié par

Thomas Bardin

Doctorant Université Lumière Lyon 2 (UMR 5189 HiSoMA)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *